Les phares du Mont-Cenis

Les phares du Mont-Cenis

mai 2016

techniques mixtes sur carte topographique

140 x 110 cm

 


 

La clarté est bonne pour convaincre, elle ne vaut rien pour émouvoir.

Diderot, Salon de 1767, in Ruines & Paysages, Hermann, 1995, p. 235


Les phares (signature) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Turra) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Malamot) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Montfroid) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Pattacreuse) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Grand Croix) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Ronce) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (Variselle) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (contact) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (relief) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cmLes phares (txt) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cm

« Le malade (le pape Pie VII, 11-13 juin 1812) resta trois jours au Mont-Cenis, trois jours durant lesquels le passage fut interdit et la barrière fermée. »

Souvenirs de voyage de Louis-Eugène Bouvier, publié dans la revue des Deux Mondes, tome 87, 1888

Les phares (Extrême Onction) du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cm

Les phares du Mont-Cenis, mai 2016, techniques mixtes sur carte topographique, 140 x 110 cm


Les idées que les ruines réveillent en moi sont grandes. Tout s’anéantit, tout périt, tout passe. Il n’y a que le monde qui reste. Il n’y a que le temps qui dure. Qu’il est vieux ce monde ! Je marche entre deux éternités.

Diderot, Salon de 1767, in Ruines & Paysages, Hermann, 1995, p. 338.


Signature 2